Notre histoire

La culture de la vigne dans le Sable de Camargue est très ancienne. Nous retrouvons ainsi des lettres de 1406 et de 1431 émanant de Charles VI et Charles VII.

Ces premières attestations règlementent la vente des Vins de Sable sur le territoire d’Aigues-mortes, capitale des Vins des Sables.

 L'apparition du phylloxéra n'a pas entravé la culture des Vins des Sables. Bien au contraire, le terroir sableux du Vin des Sables a résisté à cet insecte ravageur permettant ainsi le développement du vignoble.

Le vin, déjà réputé pour sa fraîcheur et son équilibre s'est invité à Paris en 1897 pour le Concours Général Agricole de Paris avec la mention “Exploitation de Vignoble de Sables”.

 A la suite de la seconde guerre mondiale, le vignoble a été reconstitué et amélioré avec le rehaussement des zones les plus basses et l'aménagement de kilomètres de canaux.

“L’évolution qualitative du vignoble est en route depuis les années 1970 et l’effort d’encépagement a été accompagné par une maîtrise croissante de la vinification”.

 

Le sel

Depuis la plus haute antiquité, le littoral méditerranéen est un des haut-lieu de production de sel et l'exploitation salinière de la Camargue est importante.

Au XIII° siècle, le sel joue un rôle politique prépondérant sur les pays non producteurs, et est utilisé pour la conservation des aliments et des produits de mer. Afin de contrôler la production et son commerce, Charles 1° d’Anjou crée la gabelle. Aigues-Mortes, port fluvial et maritime au Moyen-Âge profite du développement de cette activité salinière toute proche pour prospérer. Cette période très agitée (contrebande, faux saunage) se termine en 1791 avec l’abolition de la gabelle. Un élan nouveau est donné aux saliniers de la Camargue. Au XIX° siècle, le sel produit pour la consommation humaine se transforme aussi pour l’industrie. Fondée en 1854, la Compagnie des Salins du Midi prend la suite de l’exploitation du salin d’Aigues-Mortes et étend son activité sur la côte Méditerranéenne.